City Tower

City Tower
Prague
[ 236 ]

accomplissement 2006–2007
investisseur SPV Tower
architecte Richard Meier & Partners Architects
type de construction fourniture complète de l'enveloppe extérieure, façade modulaire, structures en cadre, parements extérieurs, systèmes d'accès
type de bâtiment administratif
entrepreneur général Sdružení City Tower - Metrostav, PSJ Holding
volume du projet du revêtement de façade > 10 millions d'euros

La réalisation de l’enveloppe dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment administratif City Tower était pour Sipral un défi au niveau de la fourniture complexe de l’enveloppe extérieure atypique du bâtiment le plus haut de la République tchèque. L’objet principal était de répondre aux spécifications architecturales et aux exigences du client et de résoudre, en même temps, la question du montage simultané de la façade avec l’élargissement et l’aménagement de la structure porteuse du bâtiment dans le cadre de la reconstruction générale du bâtiment de l’ancienne Radio tchécoslovaque. Aujourd’hui, le bâtiment de City Tower représente sans doute l’une des dominantes les plus remarquables de Prague, non seulement du fait de sa hauteur, mais surtout grâce à la solution globale de sa reconstruction qui a changé un torse abandonné en dégradation en un ouvrage d’un haut niveau esthétique et fonctionnel. Il est évident que pour achever ce résultat l’originalité du planning et de la réalisation de la façade vitrée a joué l’un des plus grands rôles.

City Tower

Le projet du nouveau bâtiment de la Radio tchécoslovaque est né au début des années 70 du siècle dernier, et dans les années 80, les travaux ont commencé. Mais avec l’arrivée de la Révolution de velours, les travaux se sont arrêtés et n’ont jamais été terminés. Dans les années 90, le bâtiment a été inclus dans le projet City sur la Plaine de  Pankrác qui comprend des bâtiments administratifs et commerciaux.

City Tower

Le projet inachevé de la tour a été pris en charge par le bureau d’architecture renommé de Richard Meier qui a été ensuite chargé de la mission de concevoir la réhabilitation du bâtiment afin de moderniser son esthétique et qu’il devienne un centre administratif et commercial moderne répondant à tous les revendications, normes et standards. La restructuration, dans son ensemble, y compris la façade, a nécessité une approche assez atypique, non seulement du point de vue technologique, structurel et de design, mais également à de nombreux autres points de vue.

City Tower

Le bâtiment de City Tower consiste en 27 étages et 3 niveaux de sous-sol et, avec ses 109 mètres, il est le bâtiment le plus haut de la République tchèque. Le projet de restructuration a pu être divisé en deux phases. La première phase consistait dans l’élargissement du plan du bâtiment dans toutes les directions ; la structure d’appui a été élargie et renforcée, et une nouvelle structure du toit a été construite. Les espaces de sous-sol ont été élargis de 35 m à l’est et à l’ouest, et de 25 m au sud. Les parties de remplissage et non structurelles ont été supprimées, ne laissant que le squelette d’appui fait de poteaux d’acier, de dalles en béton armé dans les étages et de puits d'ascenseur et d’escaliers. L’enveloppe extérieure a constitué l’ultime étape de cette première phase. La seconde phase visait les parties intérieures du bâtiment qui ont été aménagées pour répondre aux exigences et aux besoins des futurs locataires.

City Tower

L’enveloppe du bâtiment, d’une surface totale d’environ 25 000 m2, consiste en majorité de façade vitrée. L’élément principal de la façade est un système constructif original d’aluminium, de l’entreprise Hueck Hartmann, dont la conception a été développée exclusivement pour ce projet et qui reçoit les remplissages vitrés et d’autres remplissages. Les dimensions typiques d’un module font 3 000 x 3 750/4 400 mm sur les façades ouest et est, et  1 875 x 3 750/4 400 mm sur les façades sud et nord. La structure d’un module est composée d’un cadre périphérique, d’un montant vertical et de traverses horizontales. Sur la façade est, au droit de la dalle de plafond, les modules sont remplis à l’aide de panneaux opaques dits shadowbox. Sur la façade ouest en revanche, il n’y a pas de shadowbox, ce qui en fait une façade bloc relativement unique. Sur le côté intérieur des modules, un dispositif d’installation des stores horizontaux à commande manuelle est intégré sur la totalité des modules, directement en usine.

Etant donné que 90% environ de la surface totale de l’enveloppe consiste en verre, et étant donné que la spécification technique a mis particulièrement l’accent sur les performances thermiques de la façade, il était nécessaire de trouver une conception adéquate afin de combiner les méthodologies diverses des technologies de traitement du verre pour recevoir un coefficient de transmission thermique le plus bas possible. Grâce à une solution technique unique, on a réussi finalement à atteindre une valeur du coefficient de transmission thermique de U = 0,9 W/m2K.  

La solution technique des modules est conçue de manière à répondre à toutes les normes en référence, et notamment à la norme ČSN EN 13830, et aux autres normes de référence de la spécification technique de la façade. Les essais des types particuliers de modules ont été réalisés en Grande Bretagne où les modules finis étaient testés au niveau de l’étanchéité à l’eau et à l’air sous des pressions diverses à l’intérieur et à l’extérieur, ainsi qu’au vent et à la chute des objets lourds.

Du fait des valeurs relativement hautes de dilatation du squelette d’appui en acier d’un bâtiment aussi haut que la tour de City Tower, l’épaisseur du joint périphérique des modules particuliers fait le double d’épaisseur par rapport à l’épaisseur standard, à savoir 40 mm. L’étanchéité de ce joint est assurée à l’aide d’un joint de trois niveaux qui a été développé et testé spécialement pour ce projet.

Pour assurer le succès du montage de la façade, il fallait résoudre deux problèmes-clé résultant directement du cahier des charges. D’abord, les travaux ne pouvaient pas être effectués à partir de l’échafaudage dont l’installation aurait été trop difficile étant donné la hauteur du bâtiment. Deuxièmement, étant donné les conditions très exigeantes au niveau du délai de réalisation – la pose de la façade sur le squelette d’acier élargi a dû être achevée dans un délai de sept mois – le client exigeait la simultanéité des travaux, c'est-à-dire le montage de la façade simultanément à l’élargissement de la charpente d’appui en acier. C’est la raison pour laquelle, pour la pose de la façade, aucune grue n’était disponible. Etant donné que la surface des modules particuliers est d’environ 12 m2, même un vent très faible aurait pu devenir, au cours de la pose, un élément perturbateur. Sipral a donc, en collaboration avec l’entreprise Rostek, développé son propre système appelé le railing de pose, qui a permis la pose en toute sécurité, même par vent léger. Le railing de pose consiste en une paire de rails dont un vertical est fixé sur la façade à l’aide d’ancrage installé en atelier et grâce auquel les modules particuliers sont transportés jusqu’au niveau nécessaire. Sur ce premier rail est lié un deuxième rail horizontal – le rail périphérique qui distribue les panneaux à l’horizontale, directement au droit de la pose. La hauteur du rail vertical peut être librement réglée ce qui permet un procédé flexible des travaux en prenant en compte l’accroissement du squelette d’acier. Le rail horizontal est progressivement monté vers le haut, conformément au procédé des travaux. Le système aujourd’hui breveté a été utilisé avec succès au cours des travaux de montage des tours résidentielles non seulement en République tchèque mais aussi à l’étranger, par exemple en Grande-Bretagne.